La contention en parodontologie



Il arrive fréquemment que des personnes consultent leur chirurgien-dentiste car elles ont constaté qu'une ou plusieurs de leurs dents bougeaient. Après avoir diagnostiqué le problème, votre chirurgien-dentiste réalise souvent une contention pour enrayer cette mobilité. C'est le cas aussi lors d'un problème au niveau du parodonte, ce tissu qui soutient les dents et qui comprend par exemple la gencive. En quoi consiste une contention du parodonte ? Quand est-elle nécessaire ? Comment est-elle mise en place, et quelles sont les bonnes pratiques à adopter une fois que l'on a une contention en bouche ?


parodontologie



Qu'est-ce qu'une contention en parodontologie ?

La parodontologie est la discipline de la dentisterie qui étudie et traite le parodonte, ce tissu de soutien de la dent qui comprend la gencive, des ligaments, de l'os de la mâchoire et des éléments nerveux et vasculaires. C'est ce tissu qui assure à la dent sa stabilité. Lorsque le tissu est abîmé, la dent devient mobile.

Un des moyens possibles de diminuer cette mobilité est de réaliser une contention au niveau de la dent et des structures parodontales. Une contention est un dispositif mécanique permettant d'empêcher ou de limiter le mouvement.

A quoi ressemble ce type de contention ?


De multiples matériaux et types de contention sont utilisés en parodontologie. On peut citer notamment l'utilisation :
  • de fil de soie : fragile, il ne résiste en général que quelques jours ;
  • de fil en métal : souvent plus solide, mais peut gêner le brossage ;
  • d'attelles semi-définitives : il s'agit de gouttières en acier et en matière composite ;
  • d'attelles de contention définitives : elles nécessitent une préparation des dents avant d'être posée.

Quand votre chirurgien-dentiste a recours à une contention pour votre parodonte ?

L'indication du port d'une contention provisoire ou définitive est la mobilité d'une ou plusieurs dents. Votre chirurgien-dentiste procède à un bilan de votre dentition au cours d'une visite annuelle de contrôle ou suite à un rendez-vous que vous avez vous-même demandé. Il vous interroge pour savoir si certaines de vos dents bougent et si oui, dans quel contexte.

Il observe ensuite votre bouche et réalise éventuellement une radiographie. Afin d'évaluer la sévérité de la mobilité de vos dents, il utilise des outils de mesure (indolores) et une échelle pour coter le degré de mobilité de chacune de vos dents. Il existe 4 degrés de mobilité différents dans l'échelle la plus couramment employée. En fonction du degré de mobilité, la contention choisie sera différente, d'où l'importance du bilan en parodontie.


La contention est utilisée :
  • quand la mobilité est très importante, avant des soins parodontaux, pour que la dent ne se luxe pas ou ne tombe pas avant la mise en place de ces soins ;
  • après des soins du parodonte, quand ces derniers n'ont pas suffit à enrayer la mobilité de la dent ;
  • après un choc ou un traumatisme, en urgence ;
  • dans d'autres situations ou pathologie du parodonte.

Il existe cependant des contre-indications absolues au port de contention. C'est le cas lorsque le patient n'arrive pas à s'astreindre à une bonne hygiène bucco-dentaire, ou lorsqu'il ou elle est trop sujet aux caries malgré une hygiène correcte.

Comment se déroule la pose d'une telle contention ?

Après avoir procédé au bilan, votre chirurgien-dentiste détermine avec vous quel est le type de contention le plus adapté dans votre situation. Il existe de multiples possibilités de contention. Le procédé de mise en place dépend de la solution de contention retenue.

Si du fil est utilisé, votre chirurgien-dentiste procède en général à une anesthésie locale. Si le choix de contention parodontale retenu est une gouttière ne nécessitant pas d'ancrage, l'anesthésie n'est pas forcément nécessaire puisque la pose est indolore.

Lorsque du fil est utilisé, votre chirurgien-dentiste l'entoure autour de la dent ou du groupe de dent à consolider, mais aussi autour de dents stables afin de maintenir l'ensemble.
Les gouttières nécessitent aussi des ajustements en bouche.

Dans tous les cas, votre chirurgien-dentiste vous rappelle et vous informe des mesures hygiéno-diététiques à mettre en place à la suite de l'intervention.

Que faire après la pose d'une contention du parodonte ?

Si vous n'avez pas déjà adopté une hygiène bucco-dentaire irréprochable, la mise en place de telles contentions est le bon moment pour y recourir. Il est encore plus important de rester vigilant sur son hygiène bucco-dentaire après la pose de contentions, car elles peuvent rendre plus difficile le brossage et l'entretien des dents. Des bactéries peuvent plus facilement se loger dans les interstices, entre les dents et la contention. Il faut donc redoubler de vigilance lors du brossage :
  • utiliser une brosse à dent à poils doux et fins, qui permettent de passer dans tous les recoins ;
  • se brosser les dents après chaque prise alimentaire et chaque temps d'hydratation via des sodas ou boissons sucrées ;
  • utiliser des brossettes et du fil dentaire une fois par jour pour passer aux endroits inaccessibles via la brosse à dents.

Adopter des conseils plus généraux au niveau de votre alimentation et de votre hygiène de vie serait salutaire pour la durée de vie de votre contention et pour prévenir de nouvelles maladies du parodonte. Ces conseils sont notamment :
  • d'éviter de manger, sucer ou mâcher des bonbons et des chewing-gums contenant du sucre ;
  • d'éviter de fumer ;
  • de consulter au moins une fois par an votre chirurgien-dentiste.

Quelles sont les alternatives à la contention en cas de mobilité des dents ?

La contention en parodontie est un moyen généralement rapide et efficace pour retrouver une bonne fonctionnalité de la dentition. Le résultats esthétique est variable mais peut être tout à fait satisfaisant. La limite de la contention en parodontie est plutôt son nombre d'indications limité. Selon le type d'atteinte du parodonte, une contention ne sera pas suffisante : votre chirurgien-dentiste devra réaliser d'autres types de soins du parodonte et envisager éventuellement la mise en place de dents artificielles.


illustration_detartrage_sur_fausse_machoire