Parodontie et hérédité



La parodontite est plus familièrement désignée par un déchaussement dentaire. Cette maladie infectieuse concerne 30 % des individus entre 30 et 60 ans en France. Particulièrement étendue, la parodontite se caractérise par la propagation de bactéries sur les tissus de soutien des dents. Une poche parodontale se forme entre la dent et la gencive et provoque un détachement des dents.

La parodontite est en partie dû à la formation de la plaque dentaire, qui affecte l’ensemble de la flore buccale. Sans surveillance, une parodontite implique différents désagréments, comme la destruction de l’os alvéolaire. Si une bonne hygiène dentaire est conseillée, certains cas de parodontite sont reliés à notre patrimoine génétique. Nos spécialistes font le point sur la question et les gestes préventifs adaptés.


femme_montrant_ses_belles_gencives



Parodontie : de quoi s’agit-il ?

Qu’est-ce que la parodontologie ?
La parodontologie est une discipline qui concerne l’ensemble des tissus de soutien de la dent. Les tissus en question se situent dans la périphérie de la dent. Ils impliquent le soin des gencives, de l’os alvéolaire, mais aussi des ligaments. Étymologiquement, la parodontie provient du grec « paro », qui signifie « autour », et « odonte » qui désigne la « dent ».

La parodontite est une maladie qui concerne la structure de la dent dans sa globalité. Il s’agit d’une infection bactérienne grave engendrant une détérioration progressive des tissus de soutien. Une parodontie se traduit généralement par une inflammation localisée de la gencive ou du tissu osseux.

Gingivite : un signal d’alerte évident

Au premier stade de la maladie, le patient peut souffrir d’une infection des gencives appelée gingivite. La gingivite se caractérise par différents symptômes comme :
  • Une colorisation des gencives
  • Des saignements fréquents
  • Une irritation et un enflement de la gencive.

Une gingivite est une maladie fréquente sans gravité si elle est prise à temps. En l’absence de soin, elle peut toutefois dégénérer en parodontite sévère.

On doit son apparition à différentes origines, comme une mauvaise hygiène bucco-dentaire et la formation de la plaque dentaire. La consommation de tabac, d’alcool ou de certains médicaments est aussi responsable d’une inflammation de la gencive.

Parodontite : les dessous d’une maladie infectieuse

La parodontite est une maladie bactérienne qui affecte également les gencives. Cependant, elle concerne aussi les tissus osseux qui soutiennent la dent. À ce stade de la maladie, des poches de bactéries se sont formées entre la dent et la gencive.


Si elle n’est pas prise en charge, une parodontite peut provoquer un déchaussement des dents et engager la santé globale. Une parodontite comporte différents symptômes, comme une sensibilité des gencives, une récession gingivale et un saignement des tissus. D’autres signes sont également associés à cette maladie, comme :
  • une mauvaise haleine malgré un brossage régulier
  • une mobilité des dents
  • des douleurs à la mastication
  • la formation d’irritation ou de plaies
  • une malocclusion dentaire (etc..).

Les facteurs à risque d’une parodontite

Certains facteurs à risque peuvent encourager la progression d’une parodontite. Les personnes souffrant le diabète, d'hypertension ou de cancer sont aussi plus exposés. Par ailleurs, on associe la parodontite à un manque d’hygiène, à un mauvais alignement des dents, au tabagisme et au stress.

Les femmes ménopausées ou enceintes sont aussi plus exposées à cause du changement hormonal. Généralement, la parodontite se déclenche par une accumulation de bactéries pathogènes dans la bouche. Un système immunitaire défaillant peut expliquer l’installation progressive de la maladie.
Par ailleurs, les mauvaises bactéries se présentent souvent sous la forme d’une plaque dentaire. Pour l’éliminer de manière optimale, un détartrage régulier chez un praticien est vivement recommandé.

Plus la parodontite apparaît jeune, plus son évolution est rapide. Une gingivite mal soignée peut également évoluer en parodontite et conduire à un déchaussement des dents. La parodontite est une affection grave à prendre en charge dans les meilleurs délais. En l’absence de soin, les bactéries peuvent migrer vers d’autres organes et provoquer des problèmes cardio-vasculaires.



gencives_saines


Le facteur de l'hérédité

Parodontite héréditaire : définition

Dans 40 à 80 % des cas, la parodontite est due à un facteur héréditaire. Plus sa forme est sévère et précoce, plus l’aspect héréditaire est à prendre en compte. Le lien entre patrimoine génétique et parodontite est étudié depuis les années 1960.

À titre individuel, vous avez plus de risque de développer une parodontite si un ou plusieurs proches sont touchés. On appelle ce phénomène agrégation familiale : en effet, certaines familles sont exposées aux maladies parodontales sur plusieurs générations.

La parodontite génétique intervient généralement sous sa forme sévère au moment de l’adolescence. Dans ce cas, on parle d’une combinaison de gènes (d’allèles plus précisément) qui augmente le risque de développer une parodontite.

La parodontite héréditaire implique souvent une notion de fatalité. Cependant, elle est parfaitement soignée si elle est détectée tôt. Dans sa forme génétique, la parodontite se déclare même lors d’une hygiène bucco-dentaire rigoureuse.

Les preuves du facteur génétique

Les chercheurs ont accumulé certaines preuves d’une prédisposition génétique à la parodontite. Une approche statistique a été réalisée sur l’étude de famille, de jumeaux ou d’un ensemble de population. Une parodontite héréditaire implique un grand nombre de facteurs. En effet, les chercheurs étudient des éléments annexes comme :
  • le facteur environnemental commun à la famille
  • les comportements familiaux (alcoolisme, traitement médicamenteux, tabagisme passif, etc..)
  • l’origine socio-économique familiale
  • l’éventualité d’une transmission bactérienne
  • la présence de maladies chroniques (diabète, hypertension, etc..)
En effet, la concomitance entre les gènes et l’environnement peuvent nettement influencer la transmission d’une parodontite.


Dans ce cas, la personne concernée est soumise à des contrôles plus réguliers. La mise en place d’une hygiène bucco-dentaire impeccable est aussi préconisée. L'instauration de tests génétiques permet également d’orienter les patients vers des soins efficaces, puisque personnalisés.
Par ailleurs, l’identification de certains gènes participe enfin à faire avancer l’efficacité de nouveaux traitements.

Une parodontite héréditaire est une forme sévère de la maladie. Elle survient généralement de manière précoce pendant la puberté. Le praticien doit détecter la présence d’une parodontite génétique afin d’appliquer une prévention rigoureuse.
Différents traitements sont mis en place pour traiter une parodontite. L’enjeu est d’éliminer la plaque dentaire à l’aide d’un détartrage. Le praticien peut sonder les poches sous la gencive afin de définir la perte d’attache. Un prélèvement des bactéries est souvent nécessaire pour établir l’antibiothérapie adaptée.
Dans les formes les plus avancées, le recours aux techniques chirurgicales est préconisé. (renforcement du tissu osseux ou pose d’un implant par exemple). En cas de parodontite, un suivi régulier est vivement encouragé.