Les récessions gingivales



Vous souffrez d’une hypersensibilité dentaire et vos dents semblent plus longues... Et si vous souffriez de récession gingivale au dernier stade ? En effet, la récession gingivale est une anomalie de la gencive qui évolue de façon progressive. On l’identifie par une diminution anomale des tissus autour d’une dent. La racine de la dent est exposée et nécessite la pose d’un greffon dans les meilleurs délais. Particulièrement inesthétique, une récession gingivale est une pathologie qui fragilise considérablement les dents. Vous souhaitez tout savoir sur la prise en charge d’une rétractation des gencives ? Nos experts vous partagent les points de préventions et les solutions à votre portée.

Récession gingivale : comment la définir ?

La récession gingivale est une pathologie des dents particulièrement inesthétique. Également appelé dénudation radiculaire, on la caractérise par une destruction localisée de la gencive. La récession gingivale correspond à une rétractation de la gencive qui environne la dent. Le premier signe de cette maladie est une nette exposition de la racine dentaire.

Les symptômes d’une récession gingivale

La récession gingivale est particulièrement lente à s’installer et concerne la face externe des dents. Il est difficile de s’en rendre compte avant l’apparition des premiers symptômes. Une personne souffrant d’une rétractation gingivale exprime généralement :


  • Une sensibilité aux dents : En se rétractant, la gencive laisse apparaître la racine de la dent. Ce phénomène explique l’apparition de douleurs particulièrement désagréables. Dans un premier temps, il est fréquent de penser à la présence d’une carie. Les symptômes sont en effet similaires, comme une sensibilité aux aliments chauds, froids ou sucrés. Sans protection, la racine devient poreuse et le nerf de la dent est continuellement stimulé.
  • La sensation de dents longues : Sur un plan esthétique, la récession gingivale donne une impression de « dent longue ». Comme la racine n’est plus couverte, la dent semble s’être soudainement allongée. Cette anomalie est liée au fait que la gencive recule au-delà de la couronne dentaire. À ce stade, la diminution du tissu gingival est bien engagée.

Ces deux symptômes sont les plus évocateurs d’une récession gingivale. Toutefois, d’autres signes peuvent vous mettre en alerte. C’est le cas d’une mauvaise haleine, d’une sensation de gonflement ou de saignement répétés. Lorsque la pathologie est avancée, une mobilité dentaire peut aussi apparaître.


illustration_detartrage_sur_fausse_machoire



Origines d’une récession gingivale

Une récession gingivale prise en charge à temps permet de limiter sa progression. Dans les cas les plus graves, un déchaussement dentaire est à craindre. Cette anomalie anatomique concerne toutes les catégories de population, quel que soit leur âge. La récession gingivale peut concerner une dent isolée ou l’ensemble de la dentition. Son apparition présente diverses origines à ne pas négliger.


  • Une mauvaise hygiène bucco-dentaire : Une récession gingivale intervient lors d’un mauvais entretien des dents. Un brossage peu fréquent ou agressif favorise les infections. Sans soin régulier, la plaque dentaire se forme et fragilise la gencive.
  • Une maladie parodontale : Une maladie parodontale se caractérise le plus souvent par une gingivite ou une parodontite. 
    • La gingivite : Elle correspond à une inflammation de la gencive, susceptible de dégénérer lorsqu’elle n’est pas prise en charge. Généralement, la gencive paraît plus molle et enflée. Des douleurs et des saignements au moment du brossage sont identifiés. Sans soins, la gingivite provoque une mobilité dentaire, une mauvaise haleine voire un abcès.
  •  
    • La parodontite : Une parodontite est une pathologie infectieuse se caractérisant par la présence de bactéries parodontopathogènes. Il se forme entre les dents et la gencive une poche parodontale ou s’accumule un ensemble de bactéries. Certaines causes sont mises en avant, comme une faiblesse immunitaire, le diabète ou le tabagisme. Une parodontite nécessite une intervention médicale dans les plus brefs délais. Sans soins, le foyer infectieux s’étend et affecte la santé globale du patient. Un déchaussement des dents est à craindre, tout comme une migration des bactéries dans l’organisme. Dans ce cas, certaines complications peuvent survenir comme des maladies cardio-vasculaires, de l’ostéoporose ou une polyarthrite rhumatoïdale.
  •  
  • D’autres cas à considérer : Une récession gingivale peut avoir d’autres origines comme un traitement orthodontique inapproprié, une gencive trop mince, un diabète ou un bruxisme (grincement des dents). L’hérédité est à prendre en compte tout comme le tabagisme ou la présence d’une malocclusion dentaire.

Les gestes de prévention à privilégier

Pour prévenir une récession gingivale, une bonne hygiène bucco-dentaire est préconisée. Veillez à un brossage des dents journalier, entre deux à trois fois par jour. Celui-ci doit âtre réalisé avec une brosse à dents douce, et un dentifrice non abrasif. L’utilisation de brossettes ou de fils dentaires est vivement conseillée.
Un examen régulier chez un praticien est aussi nécessaire pour prévenir une anomalie des gencives. On conseille une consultation une à deux fois par an en moyenne, afin de réaliser un examen des dents et un détartrage. Le spécialiste pourra détecter certains signes comme une sensibilité dentaire, une mauvaise haleine ou une coloration des gencives.

Comment traiter une récession gingivale ?

Lorsqu’une récession gingivale est installée, différentes solutions sont préconisées par le professionnel de santé. Il est en effet possible de freiner la progression de la maladie et de restituer l’apparence de la gencive.
  • Un meilleur brossage : Dans un premier temps, le praticien vous orientera vers les techniques de brossage les plus efficaces en prévention. Sur un plan médical, le praticien peut intervenir en réalisant un détartrage et un surfaçage des dents. Le surfaçage consiste à retirer la plaque dentaire et le tartre logés sous les gencives. Cette pratique est très fréquente pour traiter une maladie parodontale.
  • Le cas du bruxisme : Dans certains cas, il est possible que la récession gingivale soit liée au bruxisme. Le bruxisme est un grincement des dents involontaire, qui a souvent lieu pendant le sommeil. Les dents sont continuellement en contact, ce qui provoque une usure prématurée des dents et de la gencive. Pour y remédier, le praticien pourra vous installer une gouttière réalisée sur-mesure.
  • La greffe gingivale : Pour restituer l’aspect esthétique de la gencive, une greffe gingivale est aussi très efficace. Cet acte chirurgical consiste à recouvrir la racine dénudée. Le plus souvent, le praticien reconstitue la gencive grâce à un prélèvement de peau sur le palais. Le greffon peut aussi provenir de l’emplacement des dents de sagesse, si celles-ci ont été prélevées.

Une récession gingivale est une maladie à prendre en charge dans les meilleurs délais. En effet, elle peut provoquer un déchaussement des dents et des infections parodontales sévères. Différentes solutions sont à mettre en place, à commencer par une hygiène bucco-dentaire rigoureuse et un suivi régulier chez votre praticien. Pour restituer l’esthétique de la gencive, une greffe gingivale est un acte simple particulièrement efficace.